Analyse critique de l’offre Freebox v6 ‘révolution’

janvier 3rd, 2011 by Pierre

C’est un fait que je n’aime pas Free, et ce pour 2 raisons essentielles :

- Un respect du client inexistant dans une entreprise qui a longtemps pensé qu’il coutait moins cher de recruter un nouveau client que de conserver un client mécontent (et là je parle de vécu …). Cela s’accompagne au niveau service client d’un mépris et d’une arrogance que je n’accepte pas

- Un marketing remarquable visant à faire croire que toutes leurs actions ont pour objectif le bien de la population et non leur profit … Tous les opérateurs cherchent le profit, et c’est normal mais je n’aime pas l’hypocrisie de leur communication et la naiveté des commentateurs sur le sujet

Exemples pour rappel :

En 2007, Free faisait croire que grâce à eux les consommateurs avaient accès à Deezer (http://www.clubic.com/actualite-78614-free-deezer-musique-gratuite-ligne.html) , alors que cela était possible via n’importe quel opérateur. Exemple typique d’un marketing hypocrite de récupération

En 2009, Free faisait mine d’avoir inventé la possibilité de transformer sa box en hot spot pour bénéficier d’un accès wifi partout sur le territoire (http://www.presence-pc.com/actualite/free-wifi-35035/). Sauf que cela existe depuis bien longtemps chez Neuf, avec certes beaucoup moins de buzz …

J’ai donc suivi avec attention l’annonce de la Freebox v6, encensée évidemment par tous les commentateurs. Sur le papier, difficile en effet de critiquer une si belle offre. Pourtant, je vous propose une petite analyse forcément critique et subjective de son contenu.

Qu’avons nous de nouveau ? (Je comparerais ici la nouvelle Freebox avec ma neufbox standard actuelle, ce que je connais le mieux )

- Une box designée par Starck : désolé mais ma box est cachée dans un coin et n’a jamais été un élément de déco. Mais chacun est libre … Après tout, certains ont bien des balais à chiotte de designer alors pourquoi pas une box ?

-  Une box compatible fibre : alors là je dis génial : tous les clients qui ont un abonnement fibre ont à ma connaissance une box compatible fibre. Et les autres s’en fichent royalement mais ca fait toujours classe de dire qu’on a une box fibre …

- Une navigation en façade : en effet, ca fait rêver de revenir à la télévision de Grand Papa d’avant l’invention de la télécommande … Je n’en vois en tout cas pas bien l’immense utilité

-  Un stockage NAS avec un disque dur de 250Go dans la box : en effet c’est bien mais on peut avoir sensiblement la même chose avec un disque externe branché sur une neufbox (cout 65€), ou tout simplement avec une neufbox avec disque dur. Dans ce cas comme dans celui de Free se pose le problème de la propriété des données : les box des opérateurs ne vous appartiennnent pas et vous êtes tenus de les rendre en fin d’abonnement. Que se passe-t-il alors quand toutes vos données personnelles sont stockées dessus ?

- Une télécommande avec Gyroscope et acceleromètre, et donc derrière la possibilité de jouer sur la télé : ok pourquoi pas, moi j’ai déjà ma Wii et je doute que les jeux soient du même niveau, mais reconnaissons une certaine innovation et attendons de voir la réalité et le coût des jeux proposés (parceque les jeux Gameloft pour iPhone m’amusent en général 1h …)

- Une nouvelle interface TV : ok, c’est joli. Neuf le fait aussi pour évolution. Dans les 2 cas, c’est bien mais de quoi casser 3 pattes à un canard (oui je voulais la placer celle-là ;-) ) Moi je regarde la télé , pas tellement le menu de navigation qui sert avant tout à aller d’une chaine à l’autre

- La box peut-être pilotée à distance par un smartphone : belle innovation, mais pas de bol, je l’ai déjà chez Neuf depuis 3 mois …

- La navigation Web sur la télé : ca se passe de commentaires, c’est comme le web sur la Wii, je met au défi quiconque de l’utiliser quotidiennement. Avec les PC, les tablettes ou les portables, on a largement mieux pour naviguer

- Un lecteur Blu-Ray : ok, c’est bien. On peut aussi l’acheter dans le commerce pour 100€. De toutes les façon, en blu ray, la ruine est l’achat de DVD. Je vois plus d’avenir à la VOD donc aucun intérêt personnel mais pourquoi pas

- Un technicien chez le client en moins de 10h en cas de problème : vu le SAV de Free, cela m’amuse assez. On peut toujours y croire, qui sait ?.  Ou penser  que définir ce qui est un problème déclenchant l’envoi d’un tech et ce qui ne l’est pas pourra donner lieu à interpretation ?

- Les appels illimités vers les mobiles : ok, c’est une bonne chose même  si on peut lire dans certains articles que l’offre ne serait pas si illimitée que ça. Sur ce point là qui est le plus utile du lot, je pense que les autres opérateurs ne vont pas tarder à s’aligner et à proposer quelque chose

Donc en synthèse, après avoir enlevé les services inutiles et ce qui existe déjà ailleurs que reste-t-il ? Je retiendrais le lecteur Blu-Ray, la possibilité de jouer, une amélioration du SAV et  les appels vers les mobiles

Mais tout cela à un coût : 90€ en moyenne de frais de migration pour les abonnés, + 6€ par mois en plus. Soit, si on calcule sur 2 ans,  117€ de plus par an qu’une offre standard. Et à la différence de l’achat d’un disque dur externe et d’un lecteur blu-ray, en cas de résiliation vous rendez tout (ce qui est très pratique quand on a stocké toutes ses données dessus …). L’offre à donc un coût qu’on peut juger acceptable mais qui n’est pas neutre pour autant

En déshabillant un peu l’enrobage marketing et médiatique, il reste finalement une offre intéressante pour qui cherche du blu-ray, n’a pas de disque dur externe, téléphone beaucoup sur les portables ou aime jouer mais n’a pas de console

Bref, ca n’est pas demain que j’irai chez Free qui innove de manière trop bruyante et prétentieuse à mon gout …

Test de l’Archos 101 Internet Tablet

décembre 6th, 2010 by Pierre

UPDATE :  après application de la mise à jour vers Android 2.2 Froyo, voici quelques ajustements sur cet article.


La première remarque est que la tablette est devenue le compagnon indispensble de mon salon.  Pas une journée sans l’utiliser, avec plaisir en général.  Si certains des défauts remarqués dans mon articles sont toujours présents, d’autres ont été corrigés :


=> le manque d’applications :  à ce niveau, l’AppsLib est toujours bien pauvre à mon gout.  En revanche, une solution de contournement simple existe. Il suffit de télécharger le petit programme ci-dessous qui installera l’Android Market et les applications Google. Grâce à lui , on retrouve toutes les applications indispensables

http://rapidshare.com/#!download|142cg|434229115|gApps4Archos2.apk|10489


=> le déplacement des icones : avec froyo, celui-ci est désormais impécablement géré et on peut sans problème organiser sa page d’acceuil

=> l’instabilité du bluetooth est aussi réglée par Froyo. En revanche, la connexion wifi n’est toujours pas parfaite à mon sens.

=> avec Froyo + android market (en téléchargant l’application Flash),  certains sites peuvent maintenant être lus en flash. Sans être encore totalement parfait, cela rend la navigation bien plus agréable.


En complément de ses corrections, j’ajouterais que l’utilisation de l’Archos en livre éléctronique est très satisfaisante et qu’on s’y habitue bien, avec une application intégrée tout à fait fonctionnelle.

A l’usage, l’écran se révèle globalement agréable et le système fluide. Je regrette en revanche la qualité de la batterie qui m’a l’air de vieillir assez vite


En conclusion, après l’application de la mise à jour et l’installation de l’android market, cette tablette remplit bien sa fonction et mérite sa place dans nos salons


Après un peu de scepticisme, il a bien fallu se rendre à la réalité : les tablettes relancées par l’iPad ne seraient pas qu’un effet de mode. En effet, sortir le gros PC inesthétique et ses kilos de cableries du salon ne pouvait que me réjouir. Et quelle bonne idée que de le remplacer par une tablette à tout faire, peu encombrante, légère, rapide à démarrer …

L’iPad, initiateur de cette vague, souffre des défauts classiques d’Apple : la v1 du produit n’est pas pleinement aboutie (on sonde d’abord le marché) et le prix est excessif. C’est donc avec beaucoup d’espérence que j’attendais la tablette concurrente de chez Archos. Equipée du système Android très convaincant sur les portables, et vendue bien moins cher que l’iPad, elle a tout pour séduire.

Je vous livre ici le test de la première série de cette tablette prometteuse

1/ Apparence

Au déballage, on constate un beau produit. Le format est agréable à prendre en main (à peu près une feuille A4 en hauteur, un peu moins en largeur), et surtout la tablette n’est pas trop lourde (contrairement à l’iPad). On peut donc bien passer du temps avec  sans finir avec une crampe musculaire. D’ailleurs, on a vite tendance à vouloir l’utiliser sans arrêt, ce qui est un bon signe

L’écran en revanche est d’une finition moyenne : le moindre mouvement d’inclinaison change nettement la luminosité de la tablette. Ca passe pour un usage seul, mais ca rend presque impossible l’usage de la tablette à plusieurs. J’ai eu en plus la malchance d’avoir un pixel mort au déballage …

Au niveau connectique, on y trouve tout le nécessaire pour une tablette évolutive : connexion USB, alimentation, carte SD, casque et même HDMI pour utiliser sur la télé… La webcam aussi est un plus, mais n’est orientée que vers l’utilisateur. Bien pour la visio, mais bof pour prendre des photos. La qualité de l’image est de plus très moyenne. Un seul bouton sur le coté permet de mettre la tablette en veille ou de la rallumer. Tout petit est pas très naturel d’accès, il n’est pas le plus réussi. On le cherche à chaque fois qu’on veut rallumer la tablette.

2/ Prise en main

Une fois la tablette démarrée, après quelques étapes simples de configuration, on se retrouve face à une interface classique d’Android. Plusieurs icones d’accès aux applications, plusieurs écrans d’applications et un menu général. Des boutons virtuels présents en permanence sur le coté de l’écran facilite intelligement la navigation.

Les applications intégrées de base sont assez nombreuses et utiles : Internet, Deezer, Touitteur, lecteur de livres numériques, email, lecteur video, lecteur musique, lecteur photos …

La réactivité de l’écran est correcte, sans plus. Pas au niveau d’un iPad, mais rien de bien génant non plus. Il intègre notemment l’indispensable multitouch, même si toutes les applications ne l’exploitent pas (google maps par exemple). Cependant, pour certaines fonctions, l’écran est à la peine. Ainsi, il est quasi impossible de supprimer une application d’un écran de raccourci en le déplacant à la corbeille. C’est assez pénible car cela empêche d’organiser correctement les écrans de raccouci. Et si vous rajoutez une application par erreur, il sera bien difficile de l’enlever.

3/ Utilisation

Une fois que l’on passe à l’utilisation, le produit révèle certaines faiblesses très pénalisantes

=> AppsLib : N’ayant pas eu l’autorisation de Google d’exploiter l’Android Market, Archos à développé sa propre plateforme de logiciels. Malheureusement, celle-ci est largement moins fournies que celle de l’Android Market, sans parler de l’App Store. Ainsi, pas d’applications telles que  Spotify, PagesJaunes, Mappy, Gmail, Joomeo … Certaines applications comme DropBox et Skype sont présentes mais ne fonctionnent pas. Ajoutons à cela des plantages très régulier de l’AppsLib et c’est un sentiment de frustration bien désagréable qui se dégage de cette recherche de nouveaux logiciels.

=> Navigation Internet : Le navigateur internet intégré permet une navigation assez naturelle, avec les fonctions habituelles d’un navigateur mobile. On regrettera seulement de ne pas pouvoir naviguer de manière plus naturelle entre plusieurs fenêtres. En revanche, une nouvelle mauvaise surprise nous attend:  Archos vantait la compatibilité de son produit avec Flash, contrairement à l’iPad. Dans les faits, les sites utilisant le flash (comme Deezer, Joomeo …) ne fonctionnent pas et on ne pourra pas faire grand chose en flash avec la tablette. D’autre part, le navigateur présente une facheuse tendance à planter subitement …

=> Connectivité : la tablette se connecte naturellement en wifi, et est aussi équipée de Bluetooth. La connexion ne pose pas de problème particulier. En revanche, les 2  protocoles présentent une instabilité très désagréable : impossible d’écouter de la musique en bluetooth plus de 10mn sans une coupure. Après quoi il faut arrêter le bluetooth et le redémarrer … Coté Wifi le problème, bien que moins fréquent, est aussi présent. Mais le vrai problème du wifi est la lenteur : les pages s’affichent avec une lenteur souvent pénible.

Au delà de ces défaut, l’Archos nous montre quand même tous les avantages de la tablette : l’autonomie est confortable (2 jours en usage important), le démarrage est rapide, le toucher agréable. Le format est par exemple particulièrement adapté à la lecture de news, au visionnage de vidéo ou de photos, à twitter ou facebook …

4/ Conclusion

Le sentiment général après une utilisation intensive de la tablette est la frustration : en effet, on a dans les main un bel objet, agréable à utiliser. On est en permanence attiré avec l’envie de s’amuser avec.  On se fait plaisir un moment, et puis rapidement on butte sur un problème désagréable : site inaccessible, application inexistante, navigateur qui plante, connexion qui se coupe … Tout cela gache le plaisir et oblige à revenir vers le vieux PC quand on a besoin de passer un peu de temps sur internet.

Il est à noter que mon test a été fait sur Android 2.1, et qu’on peut espérer qu’Android 2.2 corrigera un certain nombre de désagréments.

En conlusion, l’Archos 10 1 internet tablet aurait mérité un peu plus de finitions. C’est un produit très séduisant par beaucoup d’aspects (dont son prix de 350€ pour 16Go) Beaucoup des problèmes identifiés donnent l’image d’un produit à la sortie prématurée et relève plus de la finition de l’OS que du matériel proprement dit.  On peut donc espérer qu’Archos corrige cela rapidement pour éviter que l’engouement légitime suscité par sa tablette ne créé plus de déception qu’autre chose

A suivre donc avec l’arrivée prochaine d’Android 2.2 …

Ecouter sa musique en sans fil grâce au récepteur audio Belkin

novembre 9th, 2010 by Pierre

La musique est un domaine en pleine mutation de nos modes de consommation. Si l’époque de la chaine hifi de salon équipée d’un lecteur CD semble derrière nous, il reste difficile de prévoir ce que sera notre mode d’écoute de la musique dans les prochaines années.

Pour ma part, je crois beaucoup et de plus en plus à  musique en streaming grâce à des sites comme Deezer ou Spotify (dont je reparlerais prochainement). Grâce à eux, et à tous les smartphones modernes, il est maintenant possible d’avoir en permanence sa collection de musique à portée de main, que ce soit sur le téléphone, sur la tablette ou sur le PC.

Reste à lire cette musique. Aujourd’hui, la majorité des équipements visant à  lire la musique des périphériques mobiles tourne autour du principe du dock : je connecte mon iPhone sur mon dock et j’accède ainsi à la musique.

Inconvénient de ce système : quand on veut parfois lire la musique depuis l’iPhone, parfois depuis un autre téléphone ou parfois depuis un PC, ca devient compliqué. De plus, pendant la lecture, le téléphone est immobilisé. Et si j’ai envie de twitter en même temps ? Enfin, cela revient à acheter de nouvelles enceintes alors que mon système hifi existant me convient

Le boitier de réception stéréo Bluetooth de Belkin est la réponse à ce problème ! (voir ici), et pour 30 € environ. Le principe est une connexion bluetooth vers les périphériques de lecture (téléphone, PC, tablette …) et une connexion jack vers l’équipement hifi.

Il suffit de le brancher en connectique jack  sur une chaine hifi existante, et ensuite d’associer en bluetooth les périphériques de lecture. Ainsi, tous mes périphériques peuvent lire la musique sur ma chaine hifi en sans fil, et surtout simplement. Rien de spéciale à installer pour que cela fonctionne (pas de logiciel …) ce qui le rend compatible avec tous les périphériques bluetooth.

Le son est à mon sens tout à faire correct (les puristes le trouveront sans doute moins bons mais je ne suis pas de ceux là). Seule la portée reste assez faible : mieux vaut ne pas s’éloigner au delà de 4m pour avoir un fonctionnement sans accro.

Ayant fait pas mal de recherche sur internet au moment de cet achat, ce type de produit reste encore étonnament marginal dans les gammes constructeur, et le belkin est quasiment le seul que j’ai trouvé. C’est pourtant un produit que je recommande vivement à qui veulent lire de la musique depuis de multiples périphériques en tout simplicité

Joomeo (ex-showmee), enfin un site photo qui protège la vie privée

novembre 5th, 2010 by Pierre

showmee

UPDATE 2010

3 ans après l’écriture de cette article, Showmee à changé de nom pour être renomé Joomeo.

3 ans après, je suis toujours utilisateur assidu et j’ai enfin trouvé le site de photos ultime correspondant parfaitement à mes besoins.

L’équipe Joomeo à fait un gros travail pour corriger les petits défauts d’origine et il ne reste vraiment plus grand chose à repprocher à ce site. Avec la possibilité de mettre des commentaires, de noter les photos, d’avoir les informations exif, de voir les visiteurs … tout ce qu’on peut attendre d’un bon site de photos est présent.

Et avec toujours la notion essentielle pour moi de partage privé : chaque utilisateur ne voit que les séries que j’ai choisis qu’il voit.  A une époque où la majorité des sites de partages de photos, Facebook en tête, prennent le plein contrôle de vos images, il est bon de pouvoir partager ses photos en toute confidentialité.

De plus les modes payants de Joomeo permettent de charger dessus les photos en format original, pour un coût très raisonnable (20 / 30€ par an selon les besoin). En plus du partage, cela permet aussi de sauvegarder ses photos sur le web en cas de crash du PC.

La fonction développemet photo, si elle manque encore de richesse, est aussi un vrai service plus pour éviter le long temps de chargement des photos sur les sites de développement

Bref, un site que je ne saurais trop recommander et à qui je souhaite beaucoup de succès

www.joomeo.fr

Article 2007

S’il est un domaine ou je n’ai jamais trouvé mon bonheur dans les applications web, c’est bien celui du partage de photos. J’ai essayé un nombre incroyable de sites, sans compter les applications php hébergées sur un site et aucun ne m’a jamais donné pleine satisfaction.

Pourtant, mon besoin est relativement simple : je souhaite mettre en ligne mes photos et pouvoir les partager avec seulement un nombre limité de personnes. La plupart des sites permettent plus ou moins cela, mais en impliquant systématiquement l’inscription de toutes les personnes qui accèderont aux photos. C’est assez contraignant pour la plupart des utilisateurs qui du coup n’y vont pas.

Showmee a instauré un système de gestion des accès que je trouve beaucoup plus astucieux. En effet, dans votre espace photo showmee, vous créer des utilisateurs additionnels à qui vous attribuez un nom d’utilisateur et un mot de passe. Il ne s’agit pas d’une inscription sur le site en tant que tel mais juste sur votre espace du site. Ensuite, pour chaque série de photo, vous choississez quels utilisateurs y ont accès soit en lecture seule, soit en pouvant aussi ajouter leurs photos. Cela répond exactement à ce que je cherchais : seuls les utilisateurs que je souhaite peuvent accéder aux photos et ils n’ont pas à s’enregistrer pour cela : showmee me permet de leur envoyer quand je le souhaite automatiquement un email contenant leurs identifiants. Une fois logés, ils n’accèdent qu’aux séries que je leur ai autorisées. Pour simplifier, showmee permet aussi de créer des groupes.

Outre cette gestion des utilisateurs qui est pour moi le point le plus important dans la gestion de mes photos, showmee est un service en flash agréable à utiliser (et pourtant en général je n’aime pas le flash trop lourd à mon gout) L’interface est très réussie et plutôt simple : on se concentre sur les fonctions essentielles : visionner les photos une à une ou par diaporama.

En revanche, on pourra regretter l’absence de certaines fonctions auxiliaires agréables comme les commentaires sur les photos ou les statistiques (utiles pour l’auteur). Ces fonctions sont je crois prévues pour une prochaine version. Avec ça, il deviendrait quasiment le site de photo idéal !

En terme pratique, l’abonnement gratuit de showmee permet d’uploader 150Mo de photos par mois (ce qui est déjà suffisant) et on peut uploader des photos jusqu’à 10Go si vous voulez laisser vos photos en format original.

Bref, un site qui mérite réellement le détour !

SugarCrm, La gestion client performante et Open Source pour les PME

janvier 5th, 2008 by Pierre

sugarcrm

Dans le monde de l’entreprise, les PME sont souvent sous-équipée en informatique. Au delà du serveur mail et du site web, combien de PME tirent parti de tout ce que l’informatique pourrait leur apporter ? En effet, les obstacles perçus à la mise en place de solutions informatiques puissantes sont nombreux : coût du déploiement d’une telle solution, méconnaissance des acteurs du marché, manque de compétence interne pour mener ce genre de projets, peur de l’après (comment administrer, faire évoluer …)

Et pourtant, il existe très souvent sur le marché des solutions open source puissante mais simple à mettre en oeuvre. Open Source signifiant (entre autre, je n’entrerais pas dans une définition complète ici) que l’on peut utiliser et modifier gratuitement. Je parlerais ici du Sugar Crm, une des solutions CRM open source les plus abouties.

D’abord, le CRM c’est quoi ? CRM signifie Customer Relationship Management, ou gestion de la relation client en Français. C’est une application qui va vous permettre de connaitre mieux vos clients pour pouvoir les adresser de manière plus efficace. Le CRM est un outil indispensable à tout entreprise commerciale, et pourtant c’est un aspect souvent négligé. En revanche, une fois mis en place, il devient rapidement indispensable.

SugarCrm est donc un outil de CRM open source. Il en existe plusieurs versions payante et une open source gratuite appelée community edition. C’est de celle-ci dont je parle ici car à mon sens, elle répond déjà à la majorité des besoins d’une PME. Sugacrm est un crm pur, c’est à dire qu’il ne traite que de la relation client, et pas de la gestion d’un stock, de la comptabilité ou du suivi des livraisons qui est le rôle d’un ERP.

L’installation de SugarCrm est on ne peut plus simple : pour ma part j’ai installé un serveur sous linux. Après, j’ai téléchargé sur le site en suivant leurs instructions. Et après plusieurs clics sur suivant, sugarcrm était installé ! Il se débrouille tout seul pour installer le serveur apache et mysql nécessaire à son fonctionnement. De plus, pour ceux que l’installation d’un linux rebutent, ils peuvent aussi télécharger une version toute prête de sugarcrm intégrant même l’installation de linux ! On peut difficilement faire plus simple, des connaissances de base en informatique suffisent.

Ensuite, on accède à SugarCrm via un simple navigateur internet en tapant l’adresse IP du serveur. Il ne reste plus qu’à s’identifier et c’est parti ! SugarCrm est organisé autour d’un certain nombre de modules principaux tous interconnectés entre eux :

- Gestion de clients : permet de disposer de toutes les informations sur un client

- Gestion des contacts : comme son nom l’indique. Les contacts sont liés aux clients

- Gestion des affaires (opportunités) : permet d’indiquer toutes les affaires en cours avec les clients. C’est à mon sens le module essentiel car il permet de piloter une activité.

- Gestion des leads

- Gestion des campagne marketing : permet de définir des actions marketing de type emailing où newsletter sur une base client ciblée

- Gestion des tickets : permet de gérer un service après-vente

- Gestion des activités : permet d’assigner à soi-même ou à d’autres des taches, rendez-vous …

- Gestion des documents : pour partager des documents entre collaborateurs

- Gestion des emails : vous pouvez recevoir vos emails pop dessus

- Gestion du calendrier.

L’ensemble de ces éléments permettent de gérer efficacement une relation client : par exemple, en tapant dans l’onglet client le nom d’un client, on dispose de toutes les infos possibles sur ce client : statut, contacts, affaires en cours, campagnes marketing …

La grande force de Sugarcrm tiens dans sa simplicité : en effet, chaque entreprise et différente. Ainsi, l’administration de Sugarcrm est 100% graphique et permet de tout paramétrer. Si certains onglets ne sont pas pertinents, ils peuvent être enlevés. Si certains champs sont manquants, ils peuvent être ajoutés … A la fin, vous pouvez disposer d’un outil totalement paramétré et ce sans aucune connaissance informatique.

Autre point fort de SugarCrm : l’import. Toutes les données peuvent être importées depuis des fichiers Excel, ce qui permet de ne pas avoir à resaisir toutes les données de l’entreprise.

En ce qui me concerne, j’ai pu mettre en place sugarcrm totalement paramétré à mes besoins métier en moins d’une semaine et gratuitement.

L’open source est je pense une réelle mine d’or pour les PME en permettant de mettre en place des solutions avancées à moindre coût comme le montre cet exemple. Comme en plus la France est relativement avancée dans ce domaine, il serait vraiment dommage de ne pas en profiter !

Stockez et partagez vos fichiers avec ADrive

novembre 16th, 2007 by Pierre

adrive

ADrive est un nouveau service de stockage de fichier et de partage. Le principe est simple : vous uploadez vos fichiers sur le site, et après ils sont disponibles soit juste pour vous (pour sauvegarde par exemple), soit vous pouvez les rendre public.  Dans ce cas, votre fichier aura une adresse spéciale sur adrive. Vous n’aurez plus qu’à envoyer ce lien aux personnes à qui vous voulez partager le fichier qui pourront alors le télécharger.

Pour une inscription gratuite, adrive vous offre 50Go de stockage.

J’apprécie sur le service la simplicité (notamment par rapport à 9giga). Pas d’options partout, mais des choix simples et complets. Notamment, j’apprécie le fait de pouvoir uploader plusieurs fichiers en même temps (ce qui n’est pas toujours le cas sur ce genre de service).  Très utile donc pour la sauvegarde, mais aussi pour transférer de gros fichiers qui ne passent pas par mail. En plus le débit est honorable !

Le principe se rapproche du stockage de fichier en ligne est en vogue et les services se multiplient, même si les gros acteurs du web (google, yahoo, msn) n’ont pas encore attaqué sérieusement ce secteur. Ca ne saurait tarder à mon avis et on peut se demander si des acteurs comme adrive ne seront pas à plus ou moins court terme rachetés par un des géants. Et dans ce cas, on peut s’inquiéter de l’utilisation des données stockés sur ces services. Encore une fois, si l’utilité d’un tel service est évidente, le risque au niveau de la vie privée est significatif. Qu’adviendr-t-il quand le moteur de google scannera ces fichiers pour mieux vous connaître et vous envoyer de la pub ciblée ?

En tout cas, pour l’instant, adrive est un service pertinent et bien utile que je recommande donc !

Votre système d’exploitation Googleisé avec le gOS

novembre 4th, 2007 by Pierre

Walmart vient de créer la nouvelle en lancant aux Etats-Unis un pc à 150 euros équipé d’un système d’exploitation appelé gOS. Apparemment, contrairement à ce qu’annoncent de nombreux blogs, le g ne serait pas pour Google OS mais pour Green OS. D’ailleurs le site pour télécharger l’OS n’est pas un site google ce qui semble confirmer que ce n’est pas un produit Google. Le constructeur s’appelle Everex et se paye un bon coup de pub avec l’assimilation aux gtrucs auxquels google nous a habitué. Avec la boulimie actuelle de Google, on n’aurait pas été surpris de les voir arriver avec un système d’exploitation (au passage, je lisais aujourd’hui que Google est désormais la 5e plus grosse société américaine en capitalisation bousière!)Le gOS, c’est quoi ? C’est en fait un système linux basé sur Ubuntu et retravaillé graphiquement. Le système est léger, ce qui lui permet de tourner sur un PC pas cher, et l’innovation majeure consiste à avoir ajouté des icones pointant vers les différents services web Google. Par exemple, là où on aurait sur un pc classique une icône pointant vers Word, on aura sur le gOS une icône pointant vers le service GoogleDocuments sur le web.L’idée de ce type de PC est à mon avis excellente (bon je dis ça aussi parceque c’était un de mes projets il y a quelques temps). Aujourd’hui, de plus en plus d’applications pour un usage perso sont disponibles sur le web. Google Document ou Zoho peuvent remplacer office, Meebo peut remplacer MSN … Ainsi, à terme un PC muni d’un simple navigateur (et d’un disque dur car je pense que garder ces fichiers en local restera pour le coup le standard) pourrait être suffisant pour un grand nombre d’utilisateurs. J’ai fait ça pour ma mère à base d’une distribution Linux Debian allégée ce qui m’a permi de réutiliser un portable vieux de 5 ans.D’ailleurs, le gOS n’est pas le premier du genre. Linux en permettant de faire des install sur mesure facilite la création de ce genre d’OS adaptables sur un matériel peu cher. On peut citer par exemple le projet One Laptop Per Child qui vise à équiper les enfants des pays en voie de développement d’un portable pour un peu plus de 100€. Là aussi le projet intégrait un OS dérivé de la linux fedora. En France, Neuf avait développé ce genre de produit avec un OS intégré sur la box qui permettait d’accéder aux fonctions de base d’un PC. Là aussi, il s’agissait d’une version linux spécialement développée pour cela.

Néamoins, si je crois beaucoup à ce genre d’évolution du PC personnel, il semble que les produits aient eu jusque là un succès assez limité. Peut-être qu’un grand nom comme Google pourrait faire rentrer cette évolution dans les foyers pour venir encore plus concurrencer Microsoft ? Néanmoins, cela implique au préalable que les applications en ligne sortent de leur phase beta et soient pleinement opérationnelles pour que les utilisateurs de ce type de PC fortement orienté Web ne perdent pas en fonctionnalités.

Cette évolution de l’informatique personnelle peut aussi être rapprochée d’une tendance similaire dans l’informatique professionnelle. Aujourd’hui, un produit comme VMWare Desktop Infrastructure (VDI) permet aux entreprises de centraliser sur des serveurs tous les programmes et les données des utilisateurs. Ceux-ci accèdent ensuite à leur environnement de bureau depuis un simple client léger.

La fin du PC tel qu’on le connait est-elle pour bientôt ?

Big brother est sur le net

novembre 3rd, 2007 by Pierre

Je vous livre ce lient vers un excellent article Agoravox qui détaille bien à quel point sans qu’on s’en rende comte, le net avec sa faculté de non oubli est en train de bouleverser ce qu’était notre vie privée

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=30912

Cela rejoins ce que je disais dans mon article sur google : il est temps de se méfier et de disséminer son identité numérique. Au même titre que les entreprises ont des politiques de sécurité sur leur système informatique, il va falloir mettre en place des politiques de sécurité de la vie privée.

IBM vend ses stations de travail à Lenovo

octobre 29th, 2007 by Pierre

intellistation

L’affaire est semble-t-il passée inaperçue dans la presse puisque que je n’ai vu aucun article sur le sujet. Pourtant, IBM vient officiellement de se séparer d’une nouvelle partie de son activité matérielle et vendant sa gamme de stations de travail graphique (intellistations) à Lenovo.

Les stations de travail graphique sont des PCs professionnels spécialement designés pour les utilisations graphiques poussées : designer, architecte, graphiste … Elles intègrent des cartes vidéos professionnels permettant par exemple de la modélisation 3D. Ces produits étaient donc à mi-chemin entre le PC traditionnel pour la conception et le serveur par certains aspects (sécurité et support notamment). S’ils avaient été rattaché à la division serveur d’IBM, il n’est pas illogique de les voir aujourd’hui rejoindre l’ancienne gamme PC IBM chez Lenovo.

Néamoins, parler de vente est lègèrement abusif de ma part : en effet, il s’agit d’une nouvelle technique qu’utilise IBM pour céder son activité. Jusqu’à présent, nous avions eu :

- La vente pure et simple avec la gamme PC à Lenovo. Là, c’est toute la division qui étaient vendue avec notamment transfert des employés.

- La joint-venture avec Ricoh à permis à IBM de céder son activité imprimante. Cette fois une nouvelle société a été créée possédée par Ricoh et IBM

- Pour les stations de travail, IBM va en fait arrêter de les produire, et comme par hasard Lenovo va alors lançer sa gamme de station de travail. Je ne sais pas si elle seront encore estampillée IBM. En tout cas, il n’y a dans ce cas aucun transfert de personnel.

En 2 ans, ca fait donc 3 activités matérielles qu’IBM cède. Au delà des PCs qui avaient une dimension symbolique, il s’agit donc semble-t-il d’une vraie stratégie de société, IBM réalisant aujourd’hui la majorité de son chiffre d’affaires et de sa profitabiilité sur le service et le logiciel. Pour antant, la société serait-elle ce qu’elle est en service aujourd’hui sans son offre matérielle ? Est-ce que ces ventes en préfigurent d’autres ? Les serveurs Intel IBM sont désormais en première ligne dans les gammes de produits vendables. IBM souhaite-t-il abandonner totalement le volet matériel de son offre pour se concentrer sur le service et le logiciel ?

Fausses couvertures de Martine

octobre 27th, 2007 by Pierre

martine

Il s’agit d’un de ces buzz dont on a l’impression que tout le monde parle, et dont du coup plus personne n’ose parler. Ainsi, malgré ma lecture attentive de tous mes flux RSS Netvibes, j’était passé à coté de truc le plus drôle du moment : les fausses couvertures de Martine.

A la base, il s’agit d’une bonne vieille blague comme on en a tous fait, mais revue à la sauce Web. N’importe qui a pu (car le site est suspendu) créer une fausse couverture de Martine à la base des vraies en s’inspirant de l’image. Le résultat est absolument hilarant, pauvre Martine !

A voir et à revoir ici, moi ca me fait toujours rire

Quelles sont vos préférées ?